Acte 53  : Le maire avait signalé à la préfecture que la place d’Italie accueillait des chantiers

Le premier anniversaire du mouvement des « gilets jaunes » a été marqué par des violences et des dégâts, notamment place d’Italie à Paris, samedi 16 novembre. Le maire du 13e arrondissement réagit.

« Ce n’était pas forcément le meilleur lieu », a réagi ce dimanche sur franceinfo Jérôme Coumet, maire DVG du 13e arrondissement de Paris. « J’avais signalé à la préfecture de police que la place d’Italie accueillait trois chantiers très importants, donc très difficile à sécuriser. »

franceinfo : Que s’est-il passé ?

Jérôme Coumet : « J’étais moi-même place d’Italie, dans la mairie, et j’ai pu assister à toutes les scènes. Dès le début des rassemblements, il y a eu des affrontements, des projectiles ont été lancés contre les forces de l’ordre. On sentait la tension et on voyait qu’il y avait beaucoup d’individus qui n’étaient pas là pour manifester mais simplement pour casser.

[..

francetvinfo.fr

ENVIE D'AIDER LES GILETS JAUNES ?
Vous pouvez soutenir les Gilets Jaunes en faisant un petit don sur Tipeee afin d'améliorer nos organismes de communication et d'action ...
Je fais un petit don en cliquant ici

Recevez les alertes des gilets jaunes en direct sur votre téléphone avec notre application gratuite!

▶ Téléchargez pour : Androïd | iPhone

plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Will
Membre
Will

Une souricière a été monter de toutes pièces….toutes les caméras des télés bien présentes…
Un beau coup monté….

Marchand Jacques
Invité
Marchand Jacques

« franceinfo : Que s’est-il passé ? » 😀 😀 😀 Je n’en crois pas mes yeux, il y en a encore qui se posent ce genre de questions ? Il y en a encore qui peuvent penser que la gauche ne casse pas volontairement ? 🙁 Par contre, on oublierait même de dire qu’une plaque de commémoration du Maréchal Juin (Bien… Lire la suite »

Stéphane Roncaglia
Membre
Stéphane Roncaglia

Le piège de la place d’Italie, à Paris: Le gouvernement impose comme lieu de manifestation une place en chantier avec objet potentiel pouvant servir d’arme. Puis interdit cette manifestation, alors que les manifestants sont arrivés sur place. Puis bloque les issus quand les manifestants s’en vont pour pouvoir manifesté normalement ailleurs en les nassant. Puis charge avec lacrymogène ces manifestants… Lire la suite »

Les points de vue exprimés sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à GJM.