Castaner : les pompiers « ne doivent pas » refuser d’intervenir

Le ministre de l’Intérieur, invité ce vendredi de France Bleu Occitanie, estime que les pompiers ne doivent pas refuser d’intervenir, même en cas de situation tendue. Christophe Castaner passe une partie de la journée dans le Tarn-et-Garonne, sur le sujet du malaise des pompiers.

Interrogé ce vendredi matin sur France Bleu Occitanie sur le malaise des pompiers, Christophe Castaner a répondu à cette interrogation que nombre d’entre eux avouent avoir, devant la successions d’agressions de pompiers, comme à Chanteloup-les-vignes ou Castres la semaine dernière : doivent-ils refuser d’intervenir lorqu’ils risquent des violences ? « Ils ne doivent pas, ils ne le font pas. » Le ministre de l’intérieur rappelle également qu’il y a « des endroits, où avant d’intervenir, ils doivent attendre la présence des policiers ou des gendarmes pour les protéger. » « Dans les quartiers sensibles, nous avons demandé aux préfets de faire une cartographie », a-t-il expliqué.

francebleu.fr

Recevez les alertes des gilets jaunes en direct sur votre téléphone avec notre application gratuite!

▶ Téléchargez pour : Androïd | iPhone

plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Will
Membre
Will

Qu’il ait le courage lui même de descendre dans la rue face aux conflits sociaux…..après , on verra son courage…

mpe03
Membre
mpe03

Dit ce mec dans son bureau à l’abri de tout risque, croit t’il ….. Mais se qu’il ne sait pas c’est que son plus grand danger c’est 75 % du peuple qui ne demande qu’une chose !!! Lui mettre une dérouillée !!!

Bruno Larrayadieu
Membre
Bruno Larrayadieu

Apparemment l’action visant à sécuriser les interventions des pompiers ne fonctionnent pas mais qu’es ce qu’on pouvait attendre d’un tel incompétent!VIREZ MOI ÇA!

Marchand Jacques
Invité
Marchand Jacques

Ce n’est, tout de même, pas un pur hasard si la situation française se dégrade, mais
d’un fait dépendant d’une volonté politique du système, dont, déjà, de recevoir de plus en plus d’immigrés en France.

Les points de vue exprimés sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à GJM.