Demain, ? qui appartiendront les monnaies ?

Avec la r?cente remont?e du bitcoin et l’annonce du lancement prochain par Facebook de sa propre crypto-monnaie, la question a de nouveau ?t? pos?e : certaines des principales monnaies, demain, pourraient-elles ?tre priv?es ?

L’enjeu est finalement de parvenir ? battre monnaie. Comme les banques, ? travers les cr?dits qu’elles accordent mais sans la contrainte qui s’impose ? elles de disposer des liquidit?s correspondantes. En pouvant cr?er de la monnaie ? l’instar d’une banque centrale donc. En disposant d’une v?ritable « planche ? billets ». Or cela, la blockchain le rend d?sormais possible ? une tr?s large ?chelle. On dit souvent qu’avec elle, il n’est plus besoin de tiers de confiance. Mais les fonctions correspondantes ne disparaissent pas. Elles sont automatis?es et peuvent ainsi ?tre privatis?es, jusqu’? ?tre d?centralis?es entre les utilisateurs de la monnaie eux-m?mes.

Tout est donc en place pour voir des monnaies particuli?res, priv?es, prendre de plus en plus d’importance. Cependant, d?s lors que ces nouvelles monnaies ne sont pas ?tatiques, elles n’ont pas vocation ? devenir exclusives. Elles doivent coexister. Y compris en ?tant li?es aux monnaies officielles. Dans le domaine des crypto-devises, une plateforme comme BitShares, avec ses SmartCoins, en illustre ? la fois la possibilit? et la complexit?. Car assurer la convertibilit? ? un cours fixe est une contrainte d’autant plus forte pour une monnaie que celle-ci est moins r?pandue et donc nouvelle. Mais ? d?faut, si le cours d’une nouvelle monnaie est flottant, il s’expose – comme le bitcoin – ? une tr?s forte volatilit?, qui rend difficile de la d?tenir durablement, sinon par engagement ou dans un but essentiellement sp?culatif. Au total, sans convertibilit? assur?e, pas de confiance et donc pas d’usage large d’une monnaie (m?me si elle est la seule officiellement tol?r?e). C’est pourquoi, aussi innovantes et s?duisantes soient-elles, les nouvelles monnaies demeurent tr?s cantonn?es. Toutes celles qui ont ?t? cit?es demeurent ? ce stade largement exploratoires ou d’un usage restreint.

Toutefois, un autre cas de figure doit ?tre envisag? : l’essor d’une ou de monnaies, dont l’usage courant pourrait ?tre strictement limit? et qui repr?senteraient en fait l’unit? de compte d’un ou de quelques grands syst?mes internationaux de r?glements. Des syst?mes dont le principal int?r?t serait de  permettre de commercer ? une ?chelle mondiale sans utiliser les monnaies des Etats. En 2010, le FMI appelait de ses v?ux la cr?ation d’une telle nouvelle monnaie de r?serve internationale. Car, bien s?r, la question est de savoir si le dollar pourra ?ternellement continuer ? ?tre la monnaie mondiale. D?s lors que la supr?matie ?conomique (voire m?me militaire et technologique) am?ricaine est ? m?me d’?tre contest?e par les pays ?mergents. Et d?s lors que les Etats-Unis se servent de plus en plus du dollar comme d’un instrument de domination (en consid?rant qu’utiliser le dollar, m?me de mani?re extraterritoriale, revient ? ?tre soumis au droit am?ricain).

Info D?nich?e sur bfmbusiness.bfmtv.com, ? lire en int?gralit? en cliquant ici.

plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
JackM
Membre

le r?tablissement du sens de l’Argent, de la monnaie. Mots employ?s diff?remment selon qu’on estime un bien en argent, et qu’on paye en monnaie qui instantan?ise la valeur de l’argent, il s’agit d’un pratique moyen d’?changes entre citoyens consommateurs et producteurs qui, ? cause de non-concordances de prix entre objets services ou biens ont besoin de fractionner le troc ancestral… Lire la suite »

Les points de vue exprimés sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à GJM.