Disqualifier pour mieux dominer : Le complot des anticomplotistes

L’image est famili?re : en haut, des gens responsables se soucient du rationnel, du possible, du raisonnable, tandis que ceux d’en bas, constamment ingrats, imputent ? leurs dirigeants une s?rie de malveillances. Mais l’obsession du complot ne rel?ve-t-elle pas plut?t des strates les plus ?lev?es de la soci?t? ? Les journalistes reprenant les id?es du pouvoir privil?gient eux aussi cette hantise.

Apr?s « r?forme », « moderne » et « logiciel » (« en changer »), « complotisme » est en train de devenir le nouvel indice du cr?tin, le marqueur qui situe immanquablement son homme. Un ordre social de plus en plus r?voltant ? un nombre croissant de personnes r?duit n?cessairement ses conservateurs aux proc?d?s les plus grossiers pour tenter d’endiguer une contestation dont le flot ne cesse de monter.

Au demeurant, on sait que cet ordre entre en crise profonde quand, vide d’arguments, il ne trouve plus ? opposer que des disqualifications. Comme un premier mouvement de panique, « antis?mitisme » a ?t? l’une des plus t?t jet?es ? la t?te de toute critique du capitalisme ou des m?dias (1). Mais, m?me pour l’effet de souffle, on ne sort pas d’embl?e la bombe atomique s’il s’agit simplement d’?teindre un d?part de feu. C’est que par d?finition on ne peut pas se livrer ? un usage ordinaire et ? r?p?tition de la munition maximale, sauf ? lui faire perdre rapidement toute efficacit?. Ses usages tendanciellement grotesques soulignant son ignominie de principe, le proc?d? a fatalement entra?n? l’autodisqualification de la disqualification.

Suppos? moins couvrir ses propres utilisateurs de honte et mieux calibr? pour l’arrosage extensif, susceptible par l? d’?tre rapatri? dans le domaine du commentaire ordinaire, le « complotisme » est ainsi devenu le nouveau lieu de la b?tise journalistique — et de ses d?pendances, philosophe d?risoire ou sociologue de service. Signe des temps, il faut moins invoquer la mauvaise foi que l’effondrement intellectuel de toute une profession pour comprendre ses impossibilit?s de comprendre, et notamment de comprendre deux choses pourtant assez simples.

GJ Mag est une revue de presse factuelle et sourc?e, lire en int?gralit? sur chouard.org