Et si les gilets jaunes avaient sauv? l’?conomie fran?aise ?

Selon les derni?res pr?visions de la Banque de France, la croissance fran?aise se maintiendrait ? 1,4% en 2019, gr?ce… aux mesures d’urgences vot?es fin d?cembre et destin?es ? calmer la crise des ronds-points.

Les «gilets jaunes» sauveurs de l’?conomie fran?aise ? On peut l?gitimement poser cette question, volontairement provocatrice, apr?s la publication par la Banque de France, jeudi soir, de ses nouvelles pr?visions macro?conomique. L’institution ?voque ainsi des taux de croissance pour le pays compris entre 1,4% et 1,5% entre 2019 et 2021. C’est, certes, bien moins que le 1,7% sur lequel comptait encore le gouvernement fin 2018 et inscrit en loi de finances pour cette ann?e mais bien plus que le petit 1% anticip? par l’OCDE pour l’ensemble de la zone euro. «Dans un contexte plus incertain, la croissance fran?aise ferait preuve de r?silience», ?crit le banquier central dans sa note. Pour quelles raisons ?

La Banque de France parle pudiquement de «mesures dites MUES». «MUES» ? «Mesures d’urgence ?conomiques et sociales», soit celles annonc?es par Emmanuel Macron mi-d?cembre sous la pression des gilets jaunes puis vot?es en catastrophe par le Parlement avant No?l pour tenter de calmer la col?re sur les ronds-points. «L’activit? en France devrait certes p?tir de la faiblesse de la demande de ses partenaires commerciaux mais b?n?ficierait en revanche du net rebond du pouvoir d’achat et de la consommation des m?nages, soutenus par la baisse du prix du p?trole en fin d’ann?e derni?re et les mesures budg?taires importantes vot?es en d?cembre», peut-on ?galement lire dans cette m?me note.

Red?marrage de la consommation

Hausse de la prime d’activit?, d?fiscalisation des heures suppl?mentaires, prime d?fiscalis?e vers?e par certaines entreprises, annulation de la hausse de CSG pour une grande partie des retrait?s… En tout, 10 milliards d’euros en faveur des m?nages inject?s dans l’?conomie, financ?s ? la fois par des recettes suppl?mentaires (plus de 2 milliards d’euros) sur les tr?s grandes entreprises (taxe Gafa et petite pause dans la baisse de l’imp?t sur les soci?t?s) et des ?conomies budg?taires encore non connues (1,5 milliard). Financ?s aussi – et surtout – en puisant dans le d?ficit public, lequel, selon le gouvernement, atteindra en 2019 non pas les 2,8% de PIB pr?vus en loi de finances mais 3,2% du PIB.

«A partir du d?but de cette ann?e, la consommation des m?nages gagnerait nettement en vigueur, soutenue par le dynamisme encore accru du pouvoir d’achat», ?crit encore la Banque de France. «La consommation des m?nages», moteur traditionnel de la croissance fran?aise rest?e d?sesp?r?ment en panne – au grand dam du gouvernement – une grande partie de l’ann?e 2018, «acc?l?rerait donc en 2019, mais se maintiendrait ?galement ? un rythme soutenu en 2020».

Si les commerces ont p?ti des blocages et manifestations hebdomadaires de gilets jaunes, ils devraient donc eux aussi profiter, dans un second temps, du «pouvoir d’achat» rendu aux m?nages gr?ce – notamment – aux mesures d’urgence. Comme quoi, un «choc de demande» peut aussi, en p?riode de gros temps ?conomique international (sanctions am?ricaines, ralentissement allemand, Brexit…), aider au maintien de l’?conomie fran?aise. Les «gilets jaunes»sauveurs de l’?conomie fran?aise ? Peut-?tre… En tout cas, sans leur mobilisation, Emmanuel Macron et son gouvernement n’auraient jamais fait ces choix-l?.

Source : Lib?ration

Recevez les alertes des gilets jaunes en direct sur votre téléphone avec notre application gratuite!

▶ Téléchargez pour : Androïd | iPhone