“Gazer, mutiler, soumettre” : le livre coup de poing sur les armes non létales

Dans Gazer, mutiler, soumettre, l’économiste Paul Rocher élabore une critique étayée des armes non létales. Une contribution novatrice au débat sur les violences policières.

Dans l’histoire récente, la mort de Rémi Fraisse, tué par un tir de grenade offensive à Sivens en 2014, et celle d’Adama Traoré, décédé en 2016 après avoir été plaqué au sol par plusieurs gendarmes, ont suscité une prise de conscience aiguë sur les violences policières. Depuis, les séquelles causées par l’arsenal policier sur les corps des manifestants et des habitants des quartiers populaires font l’objet d’un débat public animé, ravivé par la répression des Gilets jaunes, et plus récemment par la mort de George Floyd aux Etats-Unis. Le fait que l’Etat français ait publié un appel d’offres de 3,6 millions d’euros pour du gaz lacrymogène le 3 mars “au profit de la police nationale et de la gendarmerie nationale”, en pleine crise du coronavirus, n’incite guère à l’optimisme sur sa modération en matière d’armes non létales. Dans ce contexte, et alors que l’IGPN (la police des polices) a été saisie de plusieurs plaintes pour violences policières pendant le confinement, le livre de l’économiste Paul Rocher (un pseudonyme), Gazer, mutiler, soumettre. Politique de l’arme non létale (La Fabrique), contribue à une critique rationnelle, étayée et de plus en plus partagée des armes non létales. Nous l’avons longuement interrogé sur les raisons de leur expansion

lesinrocks.com

4 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Gery Lemaire

L’Etat est devenu l’instrument d’un néolibéralisme qui détruit ses citoyens.

bordeaux rouge

Il ne faut pas utiliser le terme « armes non létale » qui est incorrect car un LBD de près est au contraire « Létale ». Préférer le terme anglais ‘less lethal ammunition’ je traduis par « munitions moins létale »

Marjorie

Gazer Mutiler Soumettre. C’est avec une effroyable tristesse que je viens déposer ici quelques notes, affligée par ce qu’est devenu ce pays. Un pays qui tue ses enfants de toutes les façons possibles, qui le nie et qui pousse toujours plus loin le seuil d’acceptation de ces horreurs. Je ne me suis toujours pas remise de ce que j’ai pu… Lire la suite »

Gery Lemaire

L’Etat est devenu l’instrument d’un néolibéralisme qui détruit la société.