Genève : Petit Jean entouré de militaire et médic pour sa grève de la faim afin de dénoncer les violences policières

Il a parcouru plus de 2000 kilomètres à pied, durant une marche blanche des medics, entamée le 1er juin, depuis Marseille.

Crime de guerre

Cet ancien militaire et sapeur-pompier dénonce les violences policières commises à l’encontre des medics et street medics, lors des manifestations des Gilets jaunes et n’hésite pas à qualifier ces violences de « crime de guerre ».

« Je soutiens tous les gens qui militent contre les violences policières en général, explique Petit Jean. Si je dois rencontrer le président de la République, c’est surtout pour lui parler des violences sur les secouristes, ce que je considère comme un crime de guerre. Quand on s’en prend à des journalistes et des secouristes, ça rentre dans cette catégorie. »

Cette décision drastique est selon lui une réponse face à la surdité du président Emmanuel Macron, qui aurait refusé de s’entretenir avec lui, à l’Elysée, le 12 juillet dernier

lepaysgessien.fr