Gilets jaunes: l’heure des comparutions a sonn?

Trois mois apr?s la naissance du mouvement, les Gilets jaunes se succ?dent ? la barre des tribunaux. Le jeune homme qui a film? des migrants ? Flixecourt est m?me convoqu? deux fois !

Deux Gilets jaunes ?taient convoqu?s ? la barre du tribunal d’Amiens, le jour de la Saint-Valentin, afin de r?pondre de violences commises le 29 d?cembre, lors de la plus mouvement?e des manifestations dans la capitale picarde. St?phane, 27 ans, sous tutelle, a obtenu un report en septembre, le temps de se soumettre ? une expertise psychiatrique. Johnny, 35 ans, a ?t? relax?. Cette relaxe illustre les fortunes diverses des Gilets jaunes. ? Amiens, tout a commenc? par un fiasco, le 24 d?cembre. Dans la pr?cipitation, les proc?dures visant quatre jeunes hommes ?taient si mal bricol?es qu’autant de nullit?s de proc?dure ont ?t? prononc?es.

Depuis, le parquet tient sa parole d’utiliser toute la palette des r?ponses judiciaires possibles : « ordonnance p?nale, plaider-coupable, audience de juge unique, sur convocation ou apr?s un contr?le judiciaire, comparution imm?diate », ?num?re Anne-Laure Sandretto, vice-procureure. «  Chaque cas est ?tudi?, nous faisons une gradation en fonction du profil des mis en cause et sur ce qui leur est reproch?  », expliquait le 11 janvier le procureur de Bossch?re.

« Chaque cas est ?tudi? »

Pierre, 19 ans, a ainsi ?cop? de 105 heures de travail d’int?r?t g?n?ral le 9 f?vrier. Contre Johnny, la procureure avait requis un simple stage de citoyennet?, dans un but p?dagogique. Le vendredi 4 janvier, toujours en comparution imm?diate, quatre Gilets jaunes ont ?chapp? ? la d?tention et leurs avocats s’en sont donn? ? c?ur joie : « Il n’y a aucune ind?pendance de la justice vis-?-vis du gouvernement ! » (Me Zineb Abdellatif) ; « On est face ? une volont? politique de casser le mouvement » (Me Claire Gricourt) quand leur confr?re Me Marc Blondet en appelait aux mannes des sans-culottes de 1789, des Communards ou des mineurs de Fourmies. Rien que ?a ! Car les d?ferrements ont aussi donn? une voix aux taiseux des ronds-points : celles de leurs avocats.

TONY POULAIN

Le vid?aste de Flixecourt convoqu? deux fois

Les d?lais d’audiencement ?tant ce qu’ils sont, la ronde va continuer toute l’ann?e 2019. Pas plus tard que le 1er mars, Youri, Jonathan et Thibaut, 23, 30 et 37 ans, r?pondront de violences commises le 29 d?cembre ? Amiens.

Le premier cit? s’est rendu c?l?bre pour avoir tourn? une vid?o ? Flixecourt, le 20 novembre, lors de la d?couverte de six migrants dans une cuve.

Ces faits d’« injure publique ? caract?re raciste » – des insultes et l’?vocation d’un « barbecue g?ant » – sont du ressort du droit de la presse. « Ils ne pouvaient techniquement pas ?tre poursuivis en m?me temps que les violences », indique-t-on du c?t? du parquet, mais ils feront bien l’objet d’une audience, le 2 avril prochain ? 9 heures.

Parmi les parties civiles figurent la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antis?mitisme) et le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amiti? entre les peuples).

Johnny : «Je n’aurais pas d? ?tre l?»

Johnny se pr?sente ? la barre tremblant et larmoyant, le 14 f?vrier. ? la manifestation du 29 d?cembre (qu’il a finie aux urgences apr?s un accident cardiaque), il a ?t? film? lan?ant trois objets, boulevard de Roubaix ? Amiens. L’homme de 35 ans est en invalidit?. Sa femme subit une dialyse par jour. L’un de ses trois enfants est plac?, un autre est handicap? ? 100%. «Je n’aurais pas d? ?tre l?, bredouille-t-il. C’est une erreur, une b?tise, j’ai pr?sent? mes excuses ? tout le monde. C’?tait sous l’effet de la col?re, de la situation financi?re, familiale…»

« On voit bien que vous n’?tes pas le m?chant bougre  », le rassure le pr?sident Montoy. « ?a fait du bien de parler…», souffle Johnny. La procureure consid?re que les violences avec usage d’une arme sont constitu?es, d?s lors qu’il avait ?t? film? lan?ant trois cailloux. Son avocate Me Giuseppina Marras pr?f?re en sourire: « Quand j’entends madame la procureure, qui tente de sauver sa proc?dure parce que l’affaire est m?diatique, invoquer des violences volontaires sans victime, mon petit c?ur fait boum. Jeter une pierre ? trois m?tres quand les policiers sont ? 150 m?tres: o? sont les violences? »

Il faut croire que c’est une bonne question puisque Johnny ressort du pr?toire libre comme l’air. Le dossier avait aussi ?voqu? ses appels ? la violence sur Facebook. « C’est fini, j’ai supprim? tout », jure-t-il. Enfin, presque tout: le 3 f?vrier, il a encore publi? un photomontage de Macron en Pinochet et de Castaner et Philippe en officiers du dictateur…

Source : Gilets jaunes: l’heure des comparutions a sonn?