« Je saignais énormément, j’ai commencé à faire un malaise » : une manifestante frappée à coups de matraque à Paris témoigne

Les faits se sont déroulés jeudi, lors des manifestations dans la capitale contre le projet de réforme des retraites.

[…]

« Je saignais énormément »

La femme filmée sur cette vidéo, Irène, est conductrice sur la ligne 9 du métro parisien, et élue du syndicat Unsa-RATP. Elle se trouvait avec plusieurs de ses collègues syndiqués près de la tête du cortège, vers la gare Saint-Lazare, lorsque ces heurts ont éclaté. Il était alors près de 17 heures, assure auprès de franceinfo la conductrice. « Cela se passait dans un climat tout à fait normal (…). D’un seul coup, nous avons vu un nuage de fumée. La police chargeait », décrit Jean-Christophe Delprat, secrétaire général Sud-RATP, qui accompagnait Irène à la manifestation.

Quand la police a souhaité, selon elle, « couper le cortège »« nous nous sommes mis sur le côté [du cortège] avec mon collègue Damien », l’autre manifestant visible sur la vidéo, relate Irène, âgée de 36 ans. Une fois sur le trottoir, « nous étions en train de discuter quand il y a eu une bousculade. Mon téléphone est tombé », poursuit-elle. D’après la conductrice, un policier leur a indiqué de ramasser rapidement le téléphone. « Damien a voulu le récupérer et tout de suite, trois à quatre policiers l’ont collé contre le mur. » Irène est quant à elle frappée par un autre agent des forces de l’ordre.

francetvinfo.fr

7 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Ducloux

A quand une énorme manifestation à Paris dirigé contre Macron qui est responsable de ces violences. Le véritable responsable c’est lui en ce qu’il cautionne ces agissements barbares par son silence. Le peuple doit à tout prix mettre fin à ces exactions dignes de miliciens. Et pour cela il faut renverser ce régime. Par ailleurs comment les responsables syndicaux peuvent… Lire la suite »

Nicole Nogent

Plus de mot pour ces faits ! ECOEUREE

gerard bougain

ils pensent que l’on doit laisser faire ces messieurs et ces dames