Journ?e mondiale contre la torture

La torture: une pratique encore trop r?pandue

La torture vise ? briser la personnalit? de la victime et constitue une n?gation de la dignit? inh?rente ? l’?tre humain. Malgr? l’interdiction absolue de la torture en vertu du droit international, elle persiste dans toutes les r?gions du monde. La protection des fronti?res et la s?curit? nationale sont des moyens utilis?s pour justifier la torture et d’autres formes de traitements cruels, d?gradants et inhumains. Ses cons?quences vont souvent au-del? de l’acte isol? sur un individu et peuvent ?tre transmises ? des g?n?rations et conduire ? des cycles de violence.

L’ONU a toujours condamn? la torture comme l’un des actes les plus viles commis par des ?tres humains sur leurs semblables.

La torture est un crime en vertu du droit international et fait l’objet d’une interdiction absolue qui ne peut ?tre justifi?e en aucune circonstance. Cette interdiction fait partie du droit international et s’applique ? tous les membres de la communaut? internationale, que l’?tat ait ou non ratifi? les trait?s internationaux dans lesquels la torture est express?ment interdite. La pratique syst?matique ou g?n?ralis?e de la torture constitue un crime contre l’humanit?.

Par la R?solution 52/149 adopt?e le 12 d?cembre 1997, l’Assembl?e g?n?rale des Nations Unies a proclam? le 26 juin Journ?e internationale des Nations Unies pour le soutien aux victimes de la torture, en vue d’?liminer totalement la torture et d’assurer l’application effective de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou d?gradants, qui est entr?e en vigueur le 26 juin 1987.

Le 26 juin est l’occasion de faire appel ? toutes les parties prenantes, y compris les ?tats Membres de l’ ONU, la soci?t? civile et les individus ? travers le monde pour s’unir et soutenir les centaines de milliers de personnes qui ont ?t? (ou sont encore) victimes de la torture.