La confiance envers la police en nette baisse en 2021 chez les 18-24 ans

Une note du centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) montre une chute de la confiance des jeunes envers la police entre 2020 et 2021, ce qui n’est pas le cas chez les Français dans leur globalité et ce, malgré de multiples affaires mettant en cause les policiers l’an passé. L’étude montre également que la grande majorité des Français jugent leur police mal équipée.

En seulement six ans, la cote de confiance des Français envers la police a diminué de 11% pour atteindre 69% en 2021. Elle avait atteint un niveau inédit de 80% en 2015, après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. C’est l’un des enseignements de la note du CEVIPOF sortie ce vendredi, qui est entièrement consacrée à une analyse de la « confiance police-population en 2021 ».

Cette note de recherche réalisée par Guillaume Farde, professeur affilié à l’école d’affaires publiques de Sciences Po et conseiller scientifique de la spécialité sécurité-défense, ainsi que par Floriane Labarussiat, étudiante en M2 à l’école d’affaires publiques de Sciences Po, montre également une nette baisse de la cote de confiance vis à vis de la police chez les jeunes de 18 à 24 ans, qui a chuté 52% en 2021, soit 10 points de moins en seulement un an.

actu17.fr

plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Bruno Larrayadieu
Membre
Bruno Larrayadieu

L’image de la police est probablement la seule cause de cette défiance,la repression ou lois liberticides liés aux conditions sanitaires ou comportementales dépassent le sentiment de protection et de service public.

Stéphane Roncaglia
Membre

Témoignage : « Récit d’une nuit mouvementée… Après le carnaval Libert’air à Lyon, nous sommes allés manger chez un ami qui se trouve être restaurateur. Alors que nous n’étions plus que six et que nous nous apprêtions à partir, nous avons aperçu la flicaille cachée dans un coin de la rue et un agent qui prenait des photos ou filmait… Lire la suite »

Les points de vue exprimés sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à GJM.