Lettre de Noémie (27 ans) au président Macron

Emmanuel Macron. Manu!

Pardon… Monsieur le Président de la République,

Je suis Noémie, j’ai 27 ans, je suis quelqu’un d’ordinaire, toujours fauchée, mais heureuse de vivre. Une personne simple, avec des galères, des contraintes financières, qui se demande comment finir chaques mois.

Je me permets de te tutoyer parce que tu es quelqu’un de normal. Eh oui! Normal. Tu manges, respires, urines, pètes, comme tout le monde. Et tu finiras, comme moi, complétement sécheé ou simple tas d’os ou de cendres.

14 ans nous sépare, tu es constitué des mêmes organes que moi et surtout, une fois que tu auras quitté l’Elysée, tu seras comme les autres présidents avant toi : un mec ordinaire, sympathique et éternel, destiné à présider des fondations ou des groupes d’hôtels, faire des dédicaces de mémoires sans intérêts dans les supermarchés, lieux que les petites gens comme moi fréquentent assidument sans honte aucune.

Je ne reviens pas sur ton apparition subite aussi étrange que calculée. Un type qu’on ne connait pas, qui devient en quelques mois président… J’aime bien les trucs secrets ou discrets, mais là, ça pue franchement la planification en hauts lieux…
Pauvre Hollande, lui-même n’a rien vu venir.

Donc Macron, c’est le gendre idéal qui traite les ouvrières d’illettrées, qui fonde un parti avec ses initiales, qui considère que réussir dans la vie, c’est s’acheter un costume.

Mais Monsieur Macron, Manu!, que connais-tu de la vie?

Emmanuel, tu es élu. On ne sait rien de toi ou presque. Elu parce que tu es jeune et beau. Tant mieux. Moi, militante socialiste, humaniste, je n’ai pas voté pour toi. Ni pour Marine Le Pen. Vous représentiez tous les deux ce que je ne suis pas. Voter pour vous, pour toi, c’était accepter des idées qui ne sont pas les miennes : faire avancer l’homme avant l’argent, faire progresser l’humanité..

Moi, aujourd’hui en C.D.I depuis 2 années, avec des salaires de misère, je ne vois pas pourquoi je devais voter pour toi.

Tes parents t’ont élevé dans un milieu déjà aisé. T’as pas trop connu les galères, les pleurs des parents qui ne finissent pas le mois, les huissiers, les impayés, les cartes qui ne passent pas, les agios à la banque qui te font davantage sombrer, entrainant sans cesse un tourbillon vers le bas.

Que sais-tu de la vie, la vraie? Les aides sociales, vitales en France, oui!

Que sais-tu de ses millions de petites gens payées au Smic, qui ne peuvent faire autrement?

Des milliers d’emplois proposés, presque tous en CDD et à temps partiel?

Toi, tu as pu faire l’ENA, soutenu par tes parents et ton épouse, déjà socialement établie avant que tu n’arrives dans sa vie.

D’autres n’ont pas cette chance. Et ne l’auront peut-être jamais.

Tu n’as pas d’enfants n’ont plus. Tu ne sais pas ce que veut dire élever des enfants, te sacrifier pour eux. Et ceux de ta femme ont ton age, autant dire que tu ne les as pas élevés.

Tu évoques le pognon de dingue que représente les petites gens. Je te ferais grâce d’évoquer les millions donnés aux grands patrons.

Mais 400000 € pour de la vaisselle, une piscine à Brégançon… Quel pognon? Celui de la République!

Que sais-tu de la précarité, toi qui te vautre sous les ors de la République depuis 15 ans?

Tu augmentes le carburant, forçant les gens à se débarrasser de leur véhicule. Mais les emplois sont toujours plus loin. Quel intérêt de vouloir relancer l’emploi si les gens n’auront plus les moyens de se payer du carburant. Eux qui pour la plupart ne veulent ni ne peuvent remplacer leurs véhicules.

Et ce 18 juin, un jeune se permet une familiarité. Tu le réprimandes. Tu insultes une jeunesse insouciante et pourtant soucieuse de son avenir. Cette leçon de morale, c’était l’ultime preuve de ton mépris pour les petites gens. « Passe un diplôme, gagne ta vie, et fais la révolution ». Quel mépris… Un mépris pour les sans-diplôme, encore. Gagner sa vie, tout le monde n’y parvient pas. Mais cela montre ta sclérose d’esprit.

Tu aurais pu te contenter de ne pas relever, ou au mieux de lui répondre façon Mitterrand ou Chirac, avec élégance, esprit ou humour. Non, tu joues les pères la morale.

Pour l’instant, les médias sont encore de ton coté. Tant mieux pour toi, tant pis pour nous, les petites gens. Le vent est entrain de tourner.
De ta faute des gens ont la face éclatée, tu dois dormir paisiblement , la culpabilité n’est pas faite pour toi apparemment, tu nous le paieras !

Moi, je ne suis rien. Tu t’en fous de moi, comme des millions de Français. Et si l’envie de me répondre te prenait, ce dont je doute, ce serait avec ton arrogance coutumière teintée de mépris pour les petites gens et de cette attitude pédante dont tu ne cesses de faire preuve.

Mais j’attends vraiment une réponse de ta part. On peut rêver. Mais il y a longtemps que les politiques ne me font plus rêver.

Moi, je me suis battue pour réussir mes diplômes, mon parcours de vie n’est pas le tien. Je ne suis rien. Mais je suis fier d’être rien.

A très bientôt.

Et, parce que je suis bien élevée, je te prie de croire en ma haute considération.

Emmanuel Macron. Manu!Pardon… Monsieur le Président de la République,Je suis Noémie, j'ai 27 ans, je suis quelqu'…

Опубліковано Noémie Besnier Вівторок, 7 серпня 2018 р.

Recevez nos alertes en direct sur votre téléphone avec notre application gratuite et sans publicité!

▶ Téléchargez : Androïd | iPhone

9
Vos discussions

avatar
 
Photos et Images
 
 
 
Audio et Videos
 
 
 
Autres Fichiers
 
 
 
9 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
9 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
André Duny
Membre
André Duny

Bravo pour cette lettre qui est je le ressens sincère. Cette sincérité que ne connais malheureusement pas, je ne dis pas notre, je dis LE président. Tout n’est que calcul, financier, politicien… J’ose espérer que la solidarité, même si notre société a été sclérosée par un matérialisme toujours plus grand, puisse se manifester prochainement, si ce n’est pour nous, tout… Lire la suite »

Michel Pautot
Membre
Michel Pautot

Merci à Noémie qui a écrit ce qu’elle avait apparemment au fond du cœur. Des millions de Français ressentent malheureusement cette situation. Catastrophique de nos jours, car tous nos responsables politiciens sont uniquement là pour servir le système et non le pays. Le vent tourne, mais bien malin celui qui dira, « je sais comment ça se terminera  » Problème pour… Lire la suite »

Evelyne Roufie
Membre
Evelyne Roufie

Bravo Noémie, mais le petit coq ne te répondra pas et c’est bien dommage ! je ne sais même pas s’il aura connaissance de ta lettre ils sont bien trop imbus de leur personne tous ces gens de LaREM , ils sont tous sortis de nulle part et seules leurs fortunes sont leurs priorités . Des français du peuple, ils… Lire la suite »

Francoise
Membre
Francoise

BRAVO Noëmie……… Ta lettre à ce petit CON est parfaite.

Will
Membre
Will

Je pense que ses sbeers ne lui donneront pas…des fois que ça lui salisse les yeux….

Marie Paule Ackermann
Membre
Marie Paule Ackermann

oh magnifique lettre , bravo pour votre courage, continuez et restez telle que vous êtes

Adélaïde
Invité
Adélaïde

Une lettre magnifique qui reflète tellement la société dans laquelle on vit. Jamais je ne me suis senti autant concerné par un si beau texte tant je me mets à ta place. J’ose espérer que je n’en arriverait pas au point d’entendre les huissiers toquer à ma porte, même si j’ai l’impression d’aller droit dans le mur. Épouse et jeune… Lire la suite »

Simone Thonon
Membre
Simone Thonon

je ne crois pas qu’il prendra la peine de te répondre ,et s’il le fait ,ben ,je te souhaite bon courage pour lire ce qu’il aura a te dire ,son grand bla bla habituel avec des mots qui n’en finissent pas, pour tout simplement te dire ( merde )mais bravo d’avoir osé

Grand temoin
Invité
Grand temoin

Et bien il faut mettre sa tête a prix pendant et après son mandat