Non reçu par Macron, le gilet jaune Petit Jean va faire une grève de la faim devant l’ONU pour dénoncer les violences policières

Il a pris son bâton de pèlerin le 1er juin, de Marseille, à pied, pour dénoncer les violences policières subies par les medics, direction Paris. N’ayant pas été reçu par Emmanuel Macron, il projette d’entamer une grève de la faim, à Genève, sur la place des Nations.

Gilet jaune depuis la première manifestation du 17 novembre 2018, cet ancien militaire et sapeur-pompier, qui a « la passion de porter secours à autrui », a endossé un Gilet blanc depuis janvier. « Un frère est venu me chercher un jour, en me disant qu’il avait besoin de moi en ville, dans les manifs, raconte celui qui se fait appeler Petit Jean. Il m’a offert un t-shirt de secouriste. J’ai commencé à aider les gens, dans les rues de Marseille. »

Un ultimatum lancé à Emmanuel Macron

Ce medic porte secours à tous ceux qui en ont besoin, dans les manifs des Gilets jaunes, manifestants comme policiers. « Je respecte les règles de déontologie. Je suis neutre, medic, avec un coeur Gilet jaune. » A la différence des street medics qui ne portent assistance qu’à leurs « frères » Gilets jaunes. Tous dénoncent les violences policières qu’ils subissent et les fréquentes saisies de matériel de soins, alors même que ces soignants de profession ou volontaires ne sont là que pour porter secours… C’est précisément pour dénoncer ces violences que Petit Jean marche depuis 2 000 km. « C’est la colère qui m’a dicté d’entreprendre cette marche pacifique et revendicatoire. Nous sommes victimes de violences policières extrêmement graves. Certains d’entre nous sont blessés. C’est un crime de guerre. Des amis secouristes ont été placés en garde à vue, les policiers nous volent du matériel, nous infligent des amendes. » Parti de Marseille, l’ancien militaire passe par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, à Genève, avant de rejoindre la capitale pour rencontrer le président de la République et lui remettre un courrier, le 12 juillet. « On a refusé de me recevoir. Du coup, j’impose un ultimatum à Emmanuel Macron, afin qu’il m’écoute et prenne une position claire sur les medics et street medics . »

Grève de la faim à Genève

A raison d’une trentaine de kilomètres de marche quotidiens, Petit Jean a décidé de repartir en direction de la place des Nations, au cœur de Genève, où il projette d’entamer une grève de la faim. De passage à Bellegarde, dimanche 11 août, il a été accueilli par les Gilets jaunes locaux qui lui ont offert le gîte et le couvert. Depuis l’étape à Brie-Comte-Robert, son ami Jo assure l’assistance, à bord d’une Jeep militaire. D’autres, comme Angela, Marc, Isabelle et Arnaud, marchent également avec lui, depuis plus ou moins longtemps. « C’est une expérience humaine incroyable, très enrichissante, mais éprouvante, termine Petit Jean. J’ai très mal aux jambes mais je suis déterminé. Je me bats avec toute mon âme. Je ne lâcherai rien, j’irai jusqu’au bout, je suis prêt à mourir pour cette cause. »

latribunerepublicaine.fr

Recevez les alertes des gilets jaunes en direct sur votre téléphone avec notre application gratuite!

▶ Téléchargez pour : Androïd | iPhone

plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Vercors
Invité
Vercors

Chapeau bas, respect, soutien pour son engagement et sa détermination. Petit Jean est une « vedette » à Marseille, grand coeur et courageux et pacifiste. J’espère qu’il sera reçu car il en a fait, des kilomètres, à pied pour déclarer son indignation : il a soigné de graves blessures suite aux violences policières. Son combat mérite notre respect 🙏

Macron 2.9%
Invité
Macron 2.9%

On imagine mal De Rugy faire grève de la faim pour protester contre l’état déplorable de ce pays, qui fut autrefois un bijou…

Kilian
Invité
Kilian

Normalement même en temps de guerre il est interdit de blessé tue ou faire prisonniers des médecin portant une croix rouge sur leur casque donc dans une manifestations normale c est honteux

Ville
Invité
Ville

Oui c est honteux de voir cela j aie vue a la télé je suis retraiter et les policiers taperont sur les gilets jaunes comme des chiens même au remp des Esclaves ont frai pas sa eut les policiers ce cachent derrière leurs bouclier ont dirait des coboy ils font les content c’est trop facile de taper un être humain… Lire la suite »

Ville
Invité
Ville

Oui je zappe de suite quand j entend Macron sa ne m interesse pas sa me donne les frissons il fou la France dans la merde lui ha sa ne craint rien mais il verra un jour car tout ce paye vous pouver me répondre j aie rien a craindre j en aie juste mar de tout sa sa me… Lire la suite »

Youpi
Invité
Youpi

Ils vont finir par nous faire regretter Hitler…

Les points de vue exprimés sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à GJM.