Plusieurs médecins dénoncent et alertent sur la gravité des blessures par LBD

Les « lanceurs de balles de défense » utilisés par la police face aux gilets jaunes ont provoqué de sérieuses fractures du visage, selon une lettre de chirurgiens parisiens publiée dans « The Lancet ». Elles ont aussi entraîné de nombreuses atteintes oculaires graves et irrémédiables.

« En tant que médecins, nous estimons qu’il est de notre devoir d’alerter sur la gravité des blessures que peuvent provoquer ces armes dites non létales », explique le professeur Chloé Bertolus, chef du service de chirurgie maxillo-faciale à La Pitié-Salpêtrière à Paris. Avec plusieurs collègues, elle a rédigé une lettre, publiée le 9 août dans la revue britannique The Lancet. Ils y dénoncent les blessures liées à l’usage par la police des armes non-létales à balles en caoutchouc dites « LBD », pour « lanceurs de balles de défense », chez 21 patients soignés depuis novembre 2018 par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris.

la-croix.com

Recevez les alertes des gilets jaunes en direct sur votre téléphone avec notre application gratuite!

▶ Téléchargez pour : Androïd | iPhone

plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Guy Martin
Invité
Guy Martin

Honte à l’Etat Français, macron, Philippe et castaner, Espérons qu’ils
Payerons leurs Crimes. Depuis que tout le MONDE dénonce l’usage de ses armes de Guerre, Rien à changer. La Police s’en donne à Cœur joie. Honte.

Ducloux
Invité
Ducloux

Merci à ses médecins qui rejoignent les 33,chirurgiens ophtalmologistes qui ont il y a plusieurs semaines envoyés une lettre d’indignation à Macron face aux dégâts causés par ces armes qui assimilenr à des blessures de guerre
Honte également au. Conseil Constitutionnel qui a considéré légal l’utilisation de telles armes
Nous sommes bel et bien dans un État policier

Les points de vue exprimés sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à GJM.