Pour les blessés par la police, le long chemin de l’indemnisation

Une main arrachée ou un oeil perdu a bouleversé leur vie jusqu’à précipiter certains dans la précarité: pour les victimes de violences policières, obtenir une indemnisation à la hauteur de leur préjudice s’apparente souvent à un interminable chemin de croix.

Vanessa Langard croule sous la paperasse. Éborgnée par un tir de LBD le 15 décembre 2018 à Paris, cette «gilet jaune» prépare son audition à la fin du mois devant la commission d’indemnisation des victimes d’infractions (Civi).

Composée de magistrats, cette instance tranchera son litige avec le Fonds de garantie des actes de terrorisme et d’autres infractions (FGTI) qui lui a refusé à deux reprises l’indemnisation de 15.000 euros qu’elle demandait.

«On m’a répondu que c’était trop pour quelqu’un qui n’a pas perdu la totalité de l’oeil. C’est blessant, c’est comme recevoir des petits coups de couteaux supplémentaires», explique cette ancienne auxiliaire de vie de 34 ans.

Aujourd’hui, elle vivote grâce aux 300 euros mensuels de la Sécurité sociale, attend de toucher le RSA et se nourrit à l’épicerie sociale. Son quotidien est meublé par ses rendez-vous chez l’orthophoniste pour rééduquer son cerveau partiellement nécrosé et ses séances de kiné pour diminuer ses douleurs à la tête. Elle a également perdu une partie du goût et de l’odorat

[…]

la-croix.com

ENVIE D'AIDER LES GILETS JAUNES ?
Vous pouvez soutenir les Gilets Jaunes en faisant un petit don sur Tipeee afin d'améliorer nos organismes de communication et d'action ...
Je fais un petit don en cliquant ici

Recevez les alertes des gilets jaunes en direct sur votre téléphone avec notre application gratuite!

▶ Téléchargez pour : Androïd | iPhone

plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Stéphane Roncaglia
Membre
Stéphane Roncaglia

La responsabilité de l’Etat « doit être engagée ». La violence exercée pour maintenir l’ordre devrait être proportionnée, pondérée, discriminante (sur des cibles valides), justifiée par un effet à produire (protection des personnes et des biens) et non par une volonté de répression/défoulement aveugles et gratuits. Ils doivent-être reconnus victimes de violences policières. Ce sont les policiers coupables de ces violences qui… Lire la suite »

Ricou
Membre
Ricou

Pour Macron, ce ne sont pas des victimes. Ce sont des terroristes.

petitebite.jpg
Will
Membre
Will

État autoritaire de merde….
Macron-castamerde-nunez-philippe-lallement = ASSASSINS ….!!!
police et justice complices…..
Ni pardon , ni oubli….

Bruno Larrayadieu
Membre
Bruno Larrayadieu

Un fond de garantie géré par l’état comme un igpn qui enquête sur la police.Un refus de justice donc de partialité doit amener à légiférer pour un démantèlement de ces services par une vraie DÉMOCRATIE.

Pourcent
Invité
Pourcent

Will
Membre
Will

Cette fameuse police qui nous protège…..
Démocratie = mon cul…..

Quelles sont les missions des agents de la Brav-M, apparus en mars 2019? Sont-ils le symbole d’une nouvelle stratégie…

Gepostet von Envoyé spécial am Mittwoch, 5. Februar 2020

Pourcent
Invité
Pourcent

Christian56
Membre
Christian56

Il faudrat que la justice revienne sur tout ça un jour courage un jour viendrat

Domi
Invité
Domi

Beurk…..honteux….et tout ça pour ça….

Ricou le plouc
Membre
Ricou le plouc

😂😂😂

Les points de vue exprimés sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à GJM.