Regardez Macron interpellé par des soignants en colère demandant « plus de fric »

« Je ne veux pas laisser tomber l’hôpital ! », a assuré le chef de l’Etat face à des soignants de l’hôpital Fondation Rothschild qui étaient sortis dans la rue alors qu’il visitait une association voisine soutenant les « aidants ». « Plus de fric pour l’hôpital public », proclamait une banderole brandie par plusieurs d’entre eux.

close
volume_off

« On est tous mobilisés (…) Il y a eu un gros travail » avec les accords du Ségur de la santé signés en juillet entre le gouvernement et les organisations professionnelles et syndicales. Ce sont « des actes, pas que des mots » qui portent sur un déblocage de « plus de huit milliards d’euros par an, ce qui n’a jamais été fait », a-t-il précisé.

jeanmarcmorandini.com

ENVIE D'AIDER LES GILETS JAUNES ?
Vous pouvez soutenir les Gilets Jaunes en faisant un petit don sur Tipeee afin d'améliorer nos organismes de communication et d'action ...
Je fais un petit don en cliquant ici

Recevez les alertes des gilets jaunes en direct sur votre téléphone avec notre application gratuite!

▶ Téléchargez pour : Androïd | iPhone

plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Soum
Invité
Soum

Effectivement, si l’hopital public n’avait pas été démantelé par les gouvernements successifs, on n’en serait pas à priver les français de leurs libertés, afin de préserver les lits et les personnels qui n’ont pas été supprimés. Si on avait écouté les soignants plutôt que de leur envoyer les crs et les tirs de lbd, on n’en serait pas là. Sauf… Lire la suite »

manif soignant.jpg
Pernambucano
Membre
Pernambucano

Il a le culot de dire: « c’est une question d’organisation, ce n’est pas parce que le covid arrive qu’on va créer des postes », quelle enflure, quelle ordure. Si les hôpitaux sont surchargés, c’est la faute aux personnels hospitaliers qui ne savent pas s’organiser. ce n’est pas la faute à toutes les crevures qui ferment des lits sans arrêt.

Bruno Larrayadieu
Invité
Bruno Larrayadieu

Beaucoup de soignants qui ne veulent pas travailler dans l’hôpital public,avec un président qui veut aller vers plus de productivité après leur avoir accorder l’aumône.(deux fois 90 euros après des années)

Troll en jaune
Membre
Troll en jaune

Le banquier mytho a parlé

N.O.M.
Invité
N.O.M.
SAGJ
Invité
SAGJ

C’est à dire que certains hôpitaux de petite structure avec du personnel qui sont médecins ou infirmiers que de nom et ne pensent qu’à se décharger de leur travail sur des hôpitaux de taille plus importante qui du coup se retrouvent débordés Pour avoir vécu cette situation un samedi après m’être blessé ou manifestement je les ai dérangés pendant leur… Lire la suite »

Pernambucano
Membre
Pernambucano
Bigard.
Invité
Bigard.

Si vous voulez savoir comment ça se passe dans les hôpitaux aller passer votre curieux dans différents hôpitaux et vous verrez tous ces râleurs se balader avec un dossier en dessous du bras pour montrer qu’ils travaillent au détriment des vrais infirmières, infirmiers.

Lechat
Invité
Lechat

La gestion calamiteuse du coronavirus pourrait-elle être considérée comme un crime contre l’humanité ?

Soum
Invité
Soum

A quoi ça servirait, puisque selon certains scientifiques du site, il n’y a pas de pandémie?

Les points de vue exprimés sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à GJM.