Saint-Ouen : Plainte contre la police pour «actes de torture et barbarie»

Le jeune homme dont l’arrestation par la police a été filmée, vendredi dernier dans la cité Cordon à Saint-Ouen, a porté plainte mercredi pour «actes de torture et barbarie». L’ IGPN s’était immédiatement saisie de l’affaire.

«Je me suis vu mourir»

Si la vidéo s’arrête au moment où les policiers menottent le jeune homme, les coups se seraient selon l’auteur de la déposition prolongés jusqu’au commissariat. Il accuse en effet les policiers de la compagnie de sécurisation et d’intervention (CSI) de l’avoir «étranglé», puis de lui avoir infligé «au moins trois coups de Taser dans les parties génitales»au cours de son transport. Des faits qui se seraient déroulés à bord de la camionnette sur le chemin du commissariat. «Je me suis vu mourir», aurait-il déclaré lors de son audition par les inspecteurs de l’IGPN. «J’étais allongé par terre. Ils appuyaient sur ma tête avec leurs chaussures. […] Dix secondes de plus et je mourais dans leur camion.»

liberation.fr

Recevez les alertes des gilets jaunes en direct sur votre téléphone avec notre application gratuite!

▶ Téléchargez pour : Androïd | iPhone

plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
van Ditzhuyzen
Invité
van Ditzhuyzen

Comment vont faire les policiers de IGPN pour blanchir leurs collègues? Cela parait difficile.

Beurk
Invité
Beurk

Des malades tous pmurri

CLAUDINE JALLOUL
Invité
CLAUDINE JALLOUL

ET LE MEC DE NANTES, IL EST OÙ .ON N’ EN PARLE PLUS. « UN ARTICLE ». MAIS, CETTE IMAGE DE CE GARÇON NE SORT PAS DE MON ESPRIT !!! VIOLENTE, ÉTRANGLÉ , MÊME QU’IL S’EST EVANOUI. ILS ONT FAILLI LE TUER, CETTE GUESTAPO !!! C’ETAIT AU MOIS D’AOÛT, MAIS LA DATE DE L’ARTICLE M’ÉCHAPPE. C’ÉTAIT UN CITOYEN !!!

Erque
Invité
Erque

Il dit qu’il s’est vu mourir mais en vendant sa drogue il à déjà détruit combien de vie? et quand il sera relâché il continuera à vendre sa drogue et il continuera à rendre la vie impossible aux riverains.Bravo la police.

Les points de vue exprimés sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à GJM.